Voir les photos (2)
photo

C’était un samedi - Μέρα Σάββατο

Culturelle ,  Spectacle à Aubervilliers
À partir de :  24 Tarif plein
  • Pièce du théâtre de la Commune reportée à cause du 2e confinement.
    Découvrez ce spectacle émouvant sur un pan méconnu de la guerre 39-45.

  • C’était un samedi, en 1944, dans la ville grecque d’Ioannina. L’une des plus anciennes communautés juives du continent européen – ni ashkénaze, ni séfarade, mais « romaniote » – fut massivement déportée par la Wehrmacht dans le camp d’Auschwitz. Dans le sillage de Guerre des paysages, Irène Bonnaud fait de la Grèce l’ombre portée de notre histoire. À la croisée du documentaire, de la musique et de la littérature, ce théâtre de la mémoire puise dans les traditions musicales de l’Épire, comme...
    C’était un samedi, en 1944, dans la ville grecque d’Ioannina. L’une des plus anciennes communautés juives du continent européen – ni ashkénaze, ni séfarade, mais « romaniote » – fut massivement déportée par la Wehrmacht dans le camp d’Auschwitz. Dans le sillage de Guerre des paysages, Irène Bonnaud fait de la Grèce l’ombre portée de notre histoire. À la croisée du documentaire, de la musique et de la littérature, ce théâtre de la mémoire puise dans les traditions musicales de l’Épire, comme dans les témoignages des rescapés pour exhumer les rêves enfouis dans le passé et conjurer les cauchemars des vivants. Mais qui d’autre que l’écrivain Dimitris Hadzis, militant communiste et natif d’Ioannina, pour nous rassembler autour de ce récit ? De son recueil de nouvelles La Fin de notre petite ville, et en particulier celle intitulée « Sabethaï Kabilis », le spectacle retient l’entrelacement de deux trajectoires intimes avec la terrible destinée de cette communauté. Dans un contexte vif de lutte des classes, le rapport que Sabethaï Kabilis, notable, scelle avec son presque fils adoptif Joseph Eliyia, prof de français, poète, militant communiste et traducteur de la Torah, symbolise tout autant une relation père-fils impossible qu’un destin collectif. C’était un samedi donne à entendre leurs voix, puisque les deux protagonistes ont réellement existé, ainsi que, dans une chronique écrite par Irène Bonnaud, celles des quelques rares survivantes et survivants déportés. Il nous plonge également dans le souvenir mélancolique d’un monde pratiquement disparu, et la beauté de ses élégies.

    Spectacle en grec surtitré de Irène Bonnaud, Joseph Eliyia, Dimitris Hadzis avec Fotini Banou.

    >>> Uniquement sur réservation.
    >>> Port du masque obligatoire (non fourni).
  • Bons plans
    Tarif réduit avec le pass découverte Grand Paris Nord à 12€ (demi-tarif). Possibilité de réserver en ligne ou sur place avec le code promo PASSDECOUVERTE. Demandez votre pass à l'Office de Tourisme !
  • Environnement
    • Arrêt de transport en commun à moins de 500 m
  • Langues parlées
    • Français
  • Du 15 décembre 2020 au 19 décembre 2020
  • Tarif plein

    • A l'année

    24 €
  • Tarif réduit

    • A l'année - + 65 ans, personne en situation de handicap, habitant·e Seine-Saint-Denis, demandeur·se d’emploi, intermittent·e, adulte pour spectacles jeune public, théâtres partenaires, – de 28 ans, bénéficiaires du RSA et détenteurs du pass Découverte Grand Paris Nord

    De 7 € à 18 €
  • Enfant

    • A l'année - - de 12 ans

    7 €
Horaires
  • Du 15 décembre 2020
    au 18 décembre 2020
  • Le 19 décembre 2020
  • Mardi
    19:00 - 20:30
  • Mercredi
    19:00 - 20:30
  • Jeudi
    19:00 - 20:30
  • Vendredi
    19:00 - 20:30
  • Samedi
    18:00 - 19:30
Déposer un avis
Écrivez votre avis sur C’Était Un Samedi - Μέρα Σάββατο :
  • Médiocre
  • Moyen
  • Bon
  • Très bon
  • Excellent
Il n'y a pas encore d'avis sur C’Était Un Samedi - Μέρα Σάββατο, soyez le premier à en laisser un !