Le Street-Art à Plaine Commune

Dans les années 80, la diffusion de la culture hip-hop par les radios libres et l’émission de TV « H.I.P H.O.P » permet au graffiti de se développer en France. Les artistes se regroupent en « crews » et investissent le nord-est de Paris et les friches de La Plaine Saint-Denis, en pleine désindustrialisation. En 1984, les premières Bloc Party sur les terrains vagues de Stalingrad et le premier festival hip-hop français dans la friche du Fort d’Aubervilliers inscrivent définitivement ces territoires dans l’histoire du hip-hop.

Au détour d'une rue, le long du canal, le street art est partout. Des fresques sur des façades d'immeubles, des fenêtres murées, des sillos d'entreprises ... les villes du territoire deviennent des musées à ciel ouvert. Bon nombre d'artistes en ont fait leur terrain de jeu et d'expression : Marko 93, Bastos, Guate Mao, Evazésir, Joachim Romain ... . 

Partez à la découverte de la Street Art Avenue, un parcours d'art urbain le long du canal Saint-Denis de Paris à Saint-Denis en passant par Aubervilliers mais aussi de Fenêtre sur Rue, un parcours visible jusqu'en automne 2020 et qui recense 70 portraits de dionysien.nes réalisés par 25 artistes collés sur les fenêtres murées du centre-ville de Saint-Denis. Le street art à Plaine Commune, c'est aussi la rue Pierre Larousse à Aubervilliers, un mur de 1 000m2 investi par une vingtaine de graffeurs, la rue Bordier toujours à Aubervilliers, avec une grande fresque des artistes dionysiens Evazésir, les portraits de Guate Mao ou encore les devantures des marchands des Puces Paris Saint-Ouen. Vous allez en prendre plein les yeux !

Découvrez tous les parcours ci-dessous.